Bouquinsblog

Psychologie de Mahomet et des musulmans (Ali Sina) 2

Le premier article était une présentation générale du livre d'Ali Sina La psychologie de Mahomet et des musulmans (voir ICI). En voici un passage particulier : 

 

J’ai reçu d’innombrables emails de gens qui me disaient qu’après avoir quitté l’Islam, pour la première fois, ils voyaient l’humanité comme une famille. La méfiance et la haine s’étaient évanouies. Maintenant ils peuvent aimer n’importe qui sans culpabilité.

 

Cela parait pour le moins excessif, comme bien d'autres passages du livre. Il y a assez de musulmans y compris pieux qui savent se montrer cordiaux, loyaux, amicaux, avec des non-musulmans. Mais à quoi bon en discuter dans le vide quand des autorités islamiques diverses se donnent la peine de mettre en ligne la doctrine ? Tout d'abord, une page écrite par un mufti prestigieux, a priori compétent et habilité (il parait qu'il savait tout le Coran par coeur à 9 ans), Ibn Adam Al-Kawthari.  

https://www.sunnisme.com/article-le-fiqh-des-relations-entre-musulmans-et-non-musulmans-9870915.html/

Il remarque d'abord que le Coran et la Sunna donnent des indications qui peuvent paraitre contradictoires :

 

D’une part, l’Islam nous ordonne de ne pas aimer ou nous lier d’amitié avec des non-Musulmans, tandis que d’autre part, de nombreux textes et pratiques du Messager d’Allâh et de ses compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux) indiquent que l’on doit traiter les non-Musulmans de la manière la plus respectueuse et amicale.

 

Mais pour lui la doctrine islamique ne saurait se contredire :

 

La réalité est que l’Islam enseigne la modération. Il permet aux Musulmans d’avoir de bonnes relations avec les non-Musulmans, mais dans une certaine limite. Cela devient plus clair en regardant les différents textes du Qour’an et les pratiques du Messager d’Allâh et de ses Compagnons.

 

Les versets coraniques et autres références sont donc détaillés. En effet cela semble aller dans tout les sens. Le Mufti commence par fustiger ceux qui ont une attitude trop hostile, agressive, envers les non-musulmans. Avec notamment cet argument : 

 

Aujourd'hui, nous avons une grande opportunité dans la propagation de l’Islam parmi les non-Musulmans. Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour faire Da’awa [prosélytisme], mais ce sont les Musulmans qui sont la cause de l’entrée ou non des non-Musulmans dans l’Islam. Les Musulmans doivent s’assurer que leurs mauvaises manières et leur comportement hostile ne soient pas ce qui empêche les gens d’accepter l’Islam. 

 

Mais attention, l'excès opposé est aussi fermement réprouvé : 

 

De l’autre côté, certains Musulmans deviennent si proches et intimes avec des non-Musulmans, qu’il ne reste aucune différence entre la croyance et la mécréance. Dans de nombreux versets, le Qour’an nous a interdit d’aimer dans nos cœurs les non-Musulmans ainsi que leurs croyances. Pourtant, certains Musulmans s’assoient, mangent, vivent et se mêlent aux non-Musulmans, comme si ce n’est pas grave si l’on croit ou non. Ceci constitue l’autre face de l’extrémisme devant également être évité. La vie d’un Musulman a un objectif qui est de vivre une vie conforme aux commandements d’Allâh le Tout-Puissant et de Son Messager bien-aimé, par conséquent, le véritable amour ne peut être donné que pour ceux qui partagent le même but et pas pour ceux qui rejettent cette conception basique de la vie.

 

Et si on regarde le détail on trouve des choses comme :

 

Il est permis d’inviter un non-Musulman à dîner chez soi de temps en temps pour renforcer les liens familiaux ou pour entretenir d’autres liens sociaux. Sans un tel besoin, on devrait éviter d’en faire une habitude.

Ainsi, il est autorisé de rendre visite à un non-Musulman dans le cas d’un deuil familial, mais il convient, lors des condoléances, de lui souhaiter qu’Allâh lui accorde quelqu’un de meilleur que le défunt non-Musulman.

 

Il y a bien d'autres règles et restrictions sur les cadeaux, la charité, et cetera.  

 

Bien, c'est peut-être un exemple extrême même s'il dénonce l'agressivité excessive, peut-être un peu salafiste. Cela fait partie de l'Islam, mais il ne s'y réduit pas. Voici un site qui donne diverses interprétations des textes :  https://muslimfr.com/cinq-principes-essentiels-pour-les-rapports-entre-musulmans-et-non-musulmans/  On y lit : 

 

Certains (c’est là l’avis des savants salafis, comme Cheikh Bin Bâz r.a., Cheikh Sâlih Al Fawzân etc, ainsi que bon nombre de savants indo-pakistanais…) ont pris le terme « waliy » [voir par exemple Coran 5:55, "Vous ne prendrez pas d'autres walyi qu'Allah, Son messager, et les croyants..."] dans le sens d' »ami », ce qui les amène à considérer qu’il n’est pas permis d’éprouver de l’amour et de l’attachement intime pour les non musulmans en général.

 

Voilà qui rejoint Al-Kawthari, qui est même plus dur. Pour revenir à Ali Sina qui m'a mis sur la piste, il vit au Canada où les musulmans d'origine indo-pakistanaise sont nombreux. Mais le site donne aussi les avis opposés, se fondant sur d'autres acceptions de "waliy" : 

 

D’autres (comme le Dr. Saïd Ismaïl, enseignant à la Djâmiah Mouhammad Ibné Saoûd de Médine et qui a rédigé un ouvrage complet sur la question, intitulé « The Relationship between Muslim and Non-Muslim« ; voir également les écrits de Sayyid Sâbiq dans son « Fiqh ous Sounnah ») sont d’avis que le terme « waliy » qui est employé dans les différents versets sont plutôt à prendre dans le sens de « maître »… Selon eux, c’est ce type de relations, qui exprime une situation de dépendance et d’infériorité pour le musulman à l’égard du non musulman, qui est interdit en Islam, et non pas le fait d’éprouver, dans une certaine mesure, de l’amour et de l’attachement pour les non musulmans, comme c’est le cas par exemple au sein d’un couple où l’épouse n’est pas musulmane ou pour les enfants convertis à l’Islam dont les parents sont encore non musulmans. On remarquera que dans les relations au sein du couple et de la famille, il n’y a pas seulement un bon comportement apparent, mais bel et bien des  sentiments profonds

 

Ce qui donc contredit la position d'Al-Kawthari... et montre en même temps qu'elle est répandue puisqu'il y a insistance.

 

Enfin, d’autres savants encore sont d’avis que, ce qui a été prohibé en Islam, c’est le fait d’établir avec des non musulmans des liens profonds de nature telle que ceux-ci peuvent porter préjudice à la foi ou à la pratique religieuse du musulman.

 

Où cela commence-t-il ? Le même site élabore cette notion en se référant à Moufti Chafi’ r.a., un savant pakistanais, dans son « Tafsîr »

 

Il faut savoir que l’Islam considère que l’être humain vit sur cette terre dans un but bien déterminé: celui de faire l’adoration d’Allah et de se soumettre à Lui. L’existence humaine dans son intégralité doit être axée autour de ce but. Jusqu’au moment où les activités de l’homme seront réalisées en conformité avec cet objectif, elles seront acceptées. Mais à partir du moment où les actes de l’homme seront en contradiction avec sa mission, ils seront alors considérés comme répréhensibles. L’Islam ne distingue pas en ce sens la vie matérielle du domaine spirituel (...). Maintenant toute créature qui représentera un obstacle empêchant l’homme d’atteindre ce but, sera tout à fait logiquement considérée comme l’ennemi de l’homme. Satan étant le plus déterminé à nous égarer sur ce point, Allah nous a donc averti qu’il est pour nous notre plus grand ennemi. De même le croyant ne pourra prendre comme « waliy » ceux qui refusent d’obéir à Allah et d’accepter le message des prophètes. En réalité une telle personne sera, tout comme Satan, l’ennemi de Dieu. Et le « mouwâlât » d’Allah et celui de l’ennemi d’Allah ne peuvent cohabiter chez le musulman.  

 

Autres sites : 

http://www.islamophile.org/spip/L-islam-interdit-il-de-se-lier-d.html 

http://discernement-islam.weebly.com/islam-et-relation-avec-les-non-musulmans.html

http://www.imamabdallah.com/article-la-relation-du-musulman-avec-les-non-musulmans-56445107.html 

 

Même si ce n'est pas aussi sévère qu'Al-Kawthari, il y a toujours au minimum l'interdiction de se lier à quelqu'un qui serait "hostile" à l'Islam. Mais où commence cette hostilité ? Une personne qui considère et affirme à l'occasion que l'Islam est pour elle une religion malfaisante et fallacieuse, qui donc conseille aux musulmans de s'en libérer, est-elle fréquentable ? Et les ex-musulmans ? Et dès lors, est-il surprenant qu'Ali Sina, qui n'est plus musulman, ait pu écrire : "J’ai reçu d’innombrables emails de gens qui me disaient qu’après avoir quitté l’Islam, pour la première fois, ils voyaient l’humanité comme une famille. La méfiance et la haine s’étaient évanouies. Maintenant ils peuvent aimer n’importe qui sans culpabilité".

 

Tatamis, 2015.



25/02/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres