Bouquinsblog

La Dame blanche (Scribe, Boieldieu)

Il s'agit d'un opéra, dont le livret est par définition un livre, donc peut être traité ici. Je n'ai rien à dire de la musique de François Boieldieu, sinon que je la trouve agréable, sans plus. Le texte d'Eugène Scribe est inspiré d'un roman de Walter Scott. L'histoire, écossaise, est sentimentale et un brin fantastique puisqu'il est question de fantôme (car on associait déjà l'Ecosse aux fantômes, et c'est la seule couleur locale), mais plutôt gentil, et cela finira bien.

Ce qui lui vaut l'honneur de ce blog, c'est un air qui en dit long sur la façon dont on concevait les rapports sociaux à l'époque (1825), en toute bonne conscience. Il est chanté par Dame Marguerite, la vieille gouvernante de la famille :

Marguerite (elle est assise à son rouet et file)
Pauvre Dame Marguerite,
Tes derniers jours sont venus,
Et ces fuseaux que j'agite
Bientôt ne tourneront plus.
Que je voie encore mes maîtres
Au château de leurs ancêtres :
Avant de mourir voilà
Le seul bonheur que j'implore.
(faisant tourner son rouet)
Fuseaux légers, tournez,
Tournez, tournez encore.
Fuseaux légers, tournez,
Tournez, tournez encore jusque là ! etc.

Et donc cette femme va mourir très prochainement, d'un mal non spécifié, dans une histoire qui n'est pas autrement dramatique (la vie de personne d'autre n'est menacée), et personne, pas même elle, ne s'en soucie vraiment ! Elle continuera à remplir son office comme si de rien n'était. Cette annonce n'apporte rien à l'action, elle est en quelque sorte décorative. Car en ce temps on trouvait cela naturel et émouvant. Un ou une domestique se devait de montrer le plus total dévouement et le plus total oubli de soi-même. Il n'y a guère de roman de Jules Vernes qui ne montre le personnage passe-partout (le nom de l'un d'eux...) du serviteur toujours de bonne humeur, prêt à se sacrifier à tout moment, très débrouillard et qui n'a pratiquement aucune aspiration personnelle.

Quant à savoir dans quelle mesure c'était un fantasme des maitres ou une réalité, c'est une autre question. L'opéra n'était pas accessible à tout le monde.



15/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres