Bouquinsblog

Dictionnaire de l'islamophobie (Kamel Meziti)

Ce n'est pas une apologie de l'Islam. Cet ouvrage est consacré à un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur et qui révulse et effraye l'auteur. Non sans raison. Il cite certains des sondages qui montrent implacablement, dans toute l'Europe, la montée de la méfiance et de la colère contre l'Islam en tant que tel. Il dénonce à juste titre les amalgames, il n'est ni équitable ni raisonnable de considérer comme ennemis des gens qui ne se considèrent pas eux-mêmes comme ennemis.

Problème, tout en accusant non sans raison les "islamophobes" (guillemets car je ne suis pas convaincu que le sens du terme soit vraiment fixé)  d'amalgamer tous les musulmans avec les islamistes, l'auteur tend à amalgamer toutes les critiques de l'Islam ou des musulmans. On peut être contre l'Islam et considérer que les musulmans sont ses premières victimes. Surtout, il laisse d'un bout à l'autre ignorer que les dénonciateurs les plus acharnés de l'Islam sont des gens qui avaient été élevés dedans, Arabes, Iraniens, etc. Le faire savoir serait pourtant la meilleure façon de lutter contre la composante raciste de l'"islamophobie". Salman Rushdie n'est cité qu'à propos de son "affaire", pour dénoncer (certes à juste titre) l'intolérance qui appelle l'intolérance en retour. Meziti dénonce Pascal Hilout et son islamophobie vraie ou supposée sans dire que son prénom d'origine était Mohammed.

Beaucoup de psychologisation un peu facile, citant par exemple Alain Gresh :

Les musulmans ont pris la place des juifs des années 1930 dans les fantasmes occidentaux. [p21]

Comparaison n'est pas raison et en l'occurrence n'explique rien. Les Juifs des années 1930 faisaient ni plus ni moins ce que faisaient ceux de 20 ou 50 ou 100 ans plus tôt. Ils n'étaient pas plus nombreux, ils n'avaient pas plus d'exigences, on ne sentait aucune évolution. 

Il s'en prend à divers auteurs :

Plus tard, tout au long de la période médiévale et à travers nombre d'écrits, "Mahomet", le prophète de l'Islam, apparaît le plus souvent comme une faux prophète et une figure de l'Antéchrist. Les récits consacrés à sa vie s'attachent ainsi à souligner sa luxure (à l'instar de Babylone) et sa violence (le djihâd). Ces deux traits seront régulièrement transposés aux sarrasins. [p40]

Problème, tant la luxure que la violence sont solidement attestées par les chroniques elles-mêmes (ou alors il n'y a rien de fiable dans ces chroniques). Pour la luxure, cet homme a quand même épousé une fille de six ans, et consommé le mariage quand elle en avait neuf (et les hadiths où elle-même le raconte montrent qu'elle avait bien la mentalité d'une fille de cet âge, et que ce n'était pas du tout habituel, et que c'était largement improvisé). Il a aussi à deux reprises mis dans son lit d'autorité, au titre du butin, des femmes dont il venait de faire tuer le mari. Pour la violence, son parcours est semé d'expéditions de pillage, d'assassinats ou d'exécutions de gens qui n'avaient fait que se moquer de lui, de massacre, de torture, etc. Serait-il automatiquement islamophobe d'en faire état ?

Il cite Renan :

(...) La régénération des pays musulmans ne se fera pas par l'Islam, elle se fera par l'affaiblissement de l'Islam. [p67]

Et lui réplique aussitôt :

Les idées progressistes de "Liberté, Egalité, Fraternité", revendiquées par une certaine classe politique française, semblent à géométrie variable face à l'option coloniale...  [p67]

L'assertion de Renan, en tout cas cet extrait, n'impliquait pas d'"option coloniale". Il est déjà arrivé à l'Islam, comme à d'autres religions, de s'affaiblir de l'intérieur. C'était même le cas lors de sa période réputée la plus brillante (la conquête n'avançait plus, on n'arrivait pas à fixer la doctrine).

Sur l'abattage halal :

On a vu que l'extrême-droite française s'est mobilisée contre "l'abattage barbare" des animaux suivant le rituel halal. C'est sur ce "constat" que le Front National déposera une plainte contre X pour "tromperie sur les qualités substantielles" de la marchandise et "actes de cruauté envers des animaux domestiques" visant la viande halal en Ile-de-France.
Ubuesque quand on sait qu'il compte bon nombre de chasseurs (y compris de chasse à courre, particulièrement "barbares")
. [p168]

La dénonciation de la cruauté de cet apanage serait donc purement une hypocrisie de l'extrême-droite. Mais, quoi qu'on pense par ailleurs de cette dernière, on y trouve aussi des défenseurs sincères des animaux. Et ceux qui protestent contre cet abattage mettent aussi une pression conséquente sur les corridas, les cirques, les zoos, etc.

Un chapitre intéressant sur Anders Behring Breivik et ses attentats monstrueux du 22 juillet 2012. Il y est rappelé que dans son manifeste justificatif il mentionnait encore plus la France et les Français que la Norvège et les Norvégiens.

Sans surprise donc, Anders Breivik place notre pays au centre de sa cible, au sens figuré et littéral. Le remède pour lutter efficacement contre cette "maladie française" passe par deux étapes : l'émination physique des "traitres" en connivence avec l'islamisation de la France et la mise en oeuvre d'un vaste plan de déportation des musulmans d'Europe à l'horizon 2083 ! [p102]

Il remonte à Charles Martel, puis Napoléon, etc. Ce que Meziti ne signale pas, c'est que Breivik y parlait aussi beaucoup des émeutes de 2005, tournant à la guérilla larvée, qui l'avaient marqué. Cela ne justifie évidemment pas ses actes mais, dans un ouvrage supposé étudier les motivations de l'islamophobie sous toutes ses formes, il importe de les regarder en face. Ce qui en définitive n'est pas fait dans cet ouvrage.

Bayard 2013



18/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 69 autres membres