Bouquinsblog

Livre de Sulaym Ibn Qays

Je connais cet ouvrage par celui de Mohammad Ali Amir-Moezzi (qui occupe une chaire d'histoire théologie islamique et d'exégèse coranique à la Sorbonne), Le Coran silencieux et le Coran parlant (CNRS Editions, 2011). Il présente le point de vue chiite ancien sur les événements qui ont suivi la mort du Prophète de l'Islam. Les sources sunnites classiques, bien plus connues (Tabari, Bukhari, etc.), laissent un sentiment de malaise. Il est par exemple étrange que les obsèques d'un personnage aussi éminent et aussi vénéré se soient déroulées... à minuit, et ces sources l'expliquent mal.

Le premier chapitre [du livre d'Amir-Moezzi] est consacré au Kitab Sulaym b. Qays, le Livre de Sulaym b. Qays, écrit pseudépigraphique attribué à un partisan contemporain de 'Ali [gendre du Prophète et quatrième Calife] et composé de plusieurs strates de dates différentes. Le noyau primitif, la couche la plus ancienne, peut-être un des écrits islamiques les plus anciens parvenus jusqu'à nous, daterait probablement du premier quart du 2ème/8ème siècle. Il est principalement consacré aux violences déclenchées par le problème de la succession de Muhammad mais il contient également des passages importants sur les toutes premières tensions au sujet de l'élaboration des sources scripturaires. (p23)

Les premières tensions se produisent pendant l'agonie du Prophète. Le texte reconstitue (?) une discussion entre 'Ali et Talha, tous deux proches du Prophète (et qui allaient bientôt se combattre) le premier disant :

N'étais-tu pas présent, Talha, lorsque l'Envoyé [Prophète], sur son lit de mort, demanda une feuille pour écrire son testament afin que sa communauté ne tombe dans l'égarement et la divergence ? Alors, ton camarade [Umar, futur deuxième calife] l'en empêcha en disant : "Le Prophète de Dieu délire !" Ce qui mit en colère l'Envoyé et il renonça. (p51)

Plus dur : après le décès du Prophète et la désignation à la va-vite d'Abou Bakr pour prendre la tête des musulmans, à l'instigation du même Umar, on exigea de tous les croyants qu'ils lui prêtent serment. Y compris son cousin et gendre Ali, lequel n'avaient pas participé à cette désignation car il s'occupait des obsèques. On pénétra de force dans sa maison (en incendiant la porte), on l'enchaina, et quand son épouse, fille du Prophète, tenta de s'interposer :

Qundfuh coinça violemment Fatima au travers de la porte de sa maison de sorte qu'elle eut la côte brisée et perdit l'enfant qu'elle portait dans son ventre. Salman dit : "Lorsque Abu Bakr et son entourage furent mis au courant de ces événements, ils se mirent tous à sangloter hormis trois personnes : Khalid b al-Walid, al-Mughira b. Shu'ba et 'Umar qui dit : "Les femmes ne doivent pas se mêler de nos affaires". Abu Bakr ordonna qu'on libère Ali, enchainé et emmené de force. Ce dernier lui dit alors : "Avec quelle rapidité tu as usurpé la place de l'Envoyé ! De quel droit et au nom de quelle dignité invites-tu les gens à te suivre ?" (p47)

Amir-Moezzi précise que des sources y compris sunnites confirment, avec une gêne manifeste, la terrifiante brutalité d'Umar (Qundfuh agissait sous ses ordres), et la fausse couche consécutive de Fatima. Ali, menacé de mort, finit par se soumettre, donc prêter serment, pour préserver l'avenir en la personne de ses deux très jeunes fils.

Sur la recension du Coran, la même discussion entre Ali et Talha fait dire au second :

(...) J'ai encore entendu 'Umar ainsi que ses compagnons qui mirent par écrit le Coran au temps de 'Uthman dire : "La sourate al-Ahzab (33ème du Coran) avait le même nombre de versets que la sourate al-Baqara (2ème du Coran)... (p51)

Elles en ont aujourd'hui, respectivement, 73 et 286. De même la sourate 24 aurait comporté 160 versets (64 aujourd'hui). Pour la sourate 49, 90 versets (18 aujourd'hui).

Ajout d'un certain Aban, disciple de Sulaym, dans le même esprit :

J'ai entendu l'Imam Muhammad al-Baqir [arrière-petit-fils d'Ali, cinquième Imam chiite] dire : "Depuis que l'Envoyé de Dieu est décédé, nous, les Gens de la Famille prophétique, nous n'avons cessé d'être humiliés, exilés, dépouillés de nos droits, massacrés. Nous craignons pour notre propre vie et pour la vie de ceux qui nous aiment. En revanche, les menteurs, grâce à leurs inventions, ont trouvé des positions importantes auprès de leurs chefs, de leurs juges, de leurs gouverneurs. Ils racontent pour nos ennemis des histoires mensongères sur leurs dirigeants du passé [notamment les trois premiers califes] et nous attribuent des propos que nous n'avons jamais eus afin de détruire notre bonne réputation... (p49)

L'auteur se présente comme un universitaire objectif. Cela ne l'empêche pas d'écrire plus loin :

Contrairement au Coran connu de tous, le Coran révélé à Muhammad mentionnait explicitement d'une part Ali et ses descendants, les présentant comme les vrais guides des Musulmans, et d'autre part les ennemis de Muhammad nommément désignés, notamment les deux premiers califes et certains hommes puissants parmi les Ommeyades et leurs ancêtres. En récupérant son pouvoir, les adversaires de Muhammad se sont vus contraints d'intervenir massivement dans le texte coranique afin d'en altérer les passages compromettants pour eux. (...) Ils mirent au point le Coran officiel qui, à force d'interventions de toutes sortes, finit par trouver cet aspect décousu et difficilement compréhensible que l'on sait. (p211)

La recherche historico-philologique sur le texte et l'histoire de la rédaction du Coran a pu établir de son côté qu'effectivement le texte définitif du Coran que l'on connait serait fort probablement le résultat d'un complexe travail rédactionnel collectif. (p211)

Les terribles tensions entres sunnites et chiites allaient s'atténuer quelques siècles plus tard, quand les Bouyides allaient imposer aux premiers une reconnaissances des seconds, et aux seconds l'acceptation du Coran "officiel". Elles ne sont pour autant pas terminées au moment où j'écris...

Editions du CNRS, 2011. 



28/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres