Bouquinsblog

Oeuvres (Howard Lovecraft)

Il s'agit donc d'Howard Phillips Lovecraft (1890-1937), et  de nouvelles réunies en un recueil (collection Bouquins chez Laffont, tome 1) bien après la mort de l'auteur (petite entorse au principe de ce blog).

En quoi cela se distingue-t-il ? Il suffit de citer d'abord des commencements,

C'est dans un état bien particulier que j'écris ces mots, puisque cette nuit je ne serai plus. (Dagon).

Nyarlathotep, le chaos rampant. Je suis le dernier. Je parlerai au vide qui m'écoute. (Nyarlathotep).

Dès que j'approchai de la Cité sans nom, je compris qu'elle était maudite. (La Cité sans nom).

Dans mes oreilles agonisantes résonne sans cesse et toujours s'agite un cauchemar composé de bruits giratoires, qui pourrait être celui de quelque gigantesque molosse. (Le molosse).

Quand la vieillesse s'abattit sur le monde et que l'émerveillement disparut de l'esprit des hommes, quand les cités grises érigèrent dans les cieux enfumés de hautes tours sinistres et laides, à l'ombre desquelles il n'était plus possible de rêver au soleil... (Azathoth). 

J'écris couché sur ce que le docteur dit être mon lit de mort, et ma plus grande déception serait qu'il se soit trompé. (Le descendant).

Ce qu'il y a de plus pitoyable au monde, c'est, je crois, l'incapacité de l'esprit humain à relier tout ce qu'il renferme. (L'appel de Cthulhu).

A l'ouest d'Arkham les collines sont sauvages et il est des vallées dont les bois profonds n'ont jamais connu la hache. (La couleur tombée du ciel).

.Enfin, des fins :.

La fin est toute proche. J'entends un bruit à ma porte. comme si un gigantesque corps rampant s'était glissé jusque chez moi. Il ne me trouvera pas. Mon Dieu ! cette main ! la fenêtre ! (Dagon).

La musique détestable sur laquelle dansent lentement, gauchement, absurdement, les dieux gigantesques et ténébreux - les gargouilles aveugles, muettes et stupides dont Nyarloathotep est l'âme. (Nyarlathotep).

De grands trous sont creusés en secret là où les pores de la terre devraient suffire, et les choses qui devraient ramper ont appris à marcher. (Le festival).

Mais peut-être aussi, dans une partie inexplorée de son cerveau, détenait-il la clé mystérieuse, la clé qui lui ouvrirait enfin les portes des civilisations futures et l'accès à des dimensions perdues qui le conduiraient aux étoiles, à l'infini, à l'éternité... (Le descendant).

Je ne veux pas l'imaginer sous la forme de l'horreur grise, tordue, désagrégée qui sans cesse trouble encore mon sommeil. (La couleur tombée du ciel).

Tel son portrait maudit un an auparavant, Joseph Curwen n'était plus maintenant qu'une mince couche de fine poussière gris bleuâtre, éparpillée sur le sol. (L'affaire Charles Dexter Ward).



12/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres