Bouquinsblog

Le trouveur de feu (Henri Gougaud)

C'est un roman (Seuil, 1980). L'auteur est surtout connu pour ses romans historiques tournant autour des cathares (Bélibaste, L'expédition, L'Inquisiteur...), celui-ci est tout autre, difficile de le ranger dans une catégorie.

 

Il y a l'Oiseau Toumbo qui couvre quasiment le ciel et observe avec bienveillance, il y a les très gentils Homlis (ni vraiment humains ni vraiment animaux), les Dagans (idem) qui mangent les Homlis, mais il est délicat de le leur reprocher puisque c'est leur seule nourriture possible. Le héros, Izahi, est un Homli. Un jour, il est pris en chasse par un Dagan. Il se met à fuir, sans espoir, évitant même de gagner un village homli car l'éthique homli veut qu'on n'ennuie pas les autres avec ses problèmes personnels, y compris celui de servir de repas. Mais au moment précis où le prédateur rattrape et va broyer sa proie, il s'empale sur une branche acérée, et il meurt, non sans avoir révélé à Izahi quelques secrets.

Ces secrets font qu'Izahi va entrer en contact avec Enlila, reine des Dagans, qu'ils négocieront, s'aimeront, mais n'empêcheront pas la guerre entre Homlis devenus réfractaires à l'idée de nourrir les Dagans, et ces derniers qui veulent manger. Et on ne va pas tout déflorer ici...

La grande originalité de ce roman, c'est que son auteur affirme l'avoir rédigé à la suite d'une seule nuit de rêve :

"L'aventure du trouveur de feu me fut donnée en rêve, une nuit de 1972.
Il paraît que les songes nocturnes sont brefs. J'ai pourtant le sentiment que celui-là occupa l'entière durée de mon sommeil. Tout m'était offert, le monde inconnu de Maïni, l'oiseau Toumbo protecteur, la destinée du jeune Izahi aux prises avec ses ennemis Dagans, les dévorateurs. Je me suis réveillé avant la fin de l'histoire et me suis efforcé de me rendormir, espérant qu'elle me serait révélée. Le rêve reprit là où il m'avait laissé.
C'est dire que ce roman n'en est pas vraiment un, et qu'en quelque manière je n'en suis pas l'auteur, mais le scribe. Qui est-il, celui qui l'inscrivit en une nuit dans mon esprit ? Je souhaite que chacun en juge selon son intuition et les battements de son coeur."

Il précise que, spectateur passif au début, il est devenu à un moment l'un des personnages.

Bien, alors même si ce n'est pas "mon" rêve, il y a une association d'idées qui vient inévitablement à l'idée : le nom du principal personnage évoque irrésistiblement certain prophète biblique qui a prédit un temps où : "Le loup habitera avec l'agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau ; le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse seront ensemble, et un petit enfant les conduira. La vache et l'ourse auront un même pâturage, leurs petits un même gîte ; et le lion, comme le boeuf, mangera de la paille. Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère, et l'enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic..." (Isaïe, 11, 6-8, version Segond).



12/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres