Bouquinsblog

# Katia [nouvelle]

Elle fait partie des Nouvelles (plus ou moins) grinçantes, éditées sous le nom de Jean Spin chez Edilivre (NB ce n'est pas un compte d'auteur, je peux produire le contrat si on en doute). On peut déjà commander chez eux : http://www.edilivre.com/nouvelles-plus-ou-moins-grincantes-231203f3f5.html On comprendra que je ne laisse ici que le début :

Katia

Une demi-heure en bavardages stérile, une autre demi-heure pendant laquelle les partisans de Katia, tu t'en vas sur l'air de Capri c'est fini en sont quasiment venus aux mains avec ceux de Tu t'rappel'ras Katia sur l'air de Rappelle-toi, Barbara. On retrouve les deux clans qui divisent le service. Et donc même pour marquer dignement le départ d'une des nôtres l'ambiance n'est pas sereine. Elle ne l'a jamais été, et ce sera pire sans Katia. Et puis on prend enfin en considération ce que j'essaie de dire depuis le début, qu'il faudrait tenir compte des origines russes fièrement assumées de notre collègue, qui leur doit d'ailleurs son prénom. Un dernier et bref accrochage entre partisans de Kalinka et de Plaine, ma plaine, je propose plutôt Katioucha. Ce titre ne leur dit pas grand-chose. Je siffle l'air. Rika Zaraï étant passée par là, cette fois ils connaissent, ils tombent d'accord. Ce sera, à l'unanimité inespérée, Casatschok. Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire je me trouve chargé seul de mettre au point les paroles. Ce fonctionnement est décidément étrange. Enfin, au travail, pour Katia.

Pour moi c'est bien de Katioucha, l'original russe, qu'il s'agit. Ils ne savent pas, mais Katia sait et cela suffit, que c'est le même prénom. Les Russes ont fait de Yékatérina Katia puis Katioucha, comme les Espagnols ont fait de Dolores Lola puis Lolita. La mièvre version française avec son hiver qui frappe à la porte, comme elle dit, que le Diable l'emporte !



26/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres