Bouquinsblog

Gilgamesh

(d'après la version la plus complète)

Un héros, et plus encore un héros mythique, se doit d'accepter la mort, en tout cas de s'y résigner, de la préférer à bien d'autres choses (déshonneur, perte d'un amour, échec pour une cause supérieure, vie plus précieuse de quelqu'un d'autre, etc.). Même pour la mort de ses proches, il doit s'en tenir à un deuil décent et raisonnable, ou alors, à la rigueur, mourir lui-même. Or voici un héros mythique qui fait tout le contraire. Son meilleur ami étant mort, il ne fait plus que se lamenter, et quand il cesse de se lamenter c'est pour s'efforcer de trouver pour lui-même l'immortalité.

Gilgamesh est roi d'Ourouk (peu importe ici qu'il y ait eu ou non un personnage réel à l'origine). Il entend parler d'un certain Enkidou, un sauvage poilu herculéen qui vit en harmonie avec les animaux (ce qui a beaucoup intéressé un certain Boris Porchnev, voir par ailleurs sur ce blog). Il contrarie les chasseurs en aidant ses amies les bêtes à leur échapper. Saisi du problème, Gilgamesh préconise d'envoyer une prostituée sacrée pour humaniser ce gêneur.

Elle dominera cet homme
elle saura l'apprivoiser :
lorsqu'il viendra pour s'abreuver
avec sa harde aux points d'eau,
qu'elle enlève ses vêtements
dévoile sa nudité et les charmes de son corps
En la voyant il sera attiré vers elle
et deviendra son captif.
Sa harde qui a grandi avec lui dans la plaine
ne le reconnaitra plus... (p19)

Et la valeureuse femme s'acquitte ponctuellement de sa mission, et de fil en aiguille Enkidou devient l'ami de Gilgamesh. Ce dernier rêve de prouesses, il veut aller tuer Houmbaba, le terrible gardien de la Forêt des Cèdres pour se faire "un nom immortel". Enkidou est d'abord terrifié, Gilgamesh insiste :

"Qui donc mon ami
pourra vaincre la mort ?
Seuls les dieux demeurent éternellement
avec Shamash.
Les jours des êtres humains sont comptés.
Tout ce qu'ils font le vent l'emporte.
Tu crains déjà la mort
et nous sommes encore ici.
Où est donc ta vaillance ?
Laisse-moi marcher devant toi
et que ta voix me crie :
"avance, n'aie pas peur !" (p43)

Et donc ils y vont, et au terme d'un voyage épique par lui-même ils finissent par affronter et tuer Houmbaba. Ils auront en outre à tuer un taureau céleste encore plus redoutable. Les dieux tiennent conseil. Ils ne sont pas d'accord entre eux, certains se déclarent pour, d'autres contre les deux héros perturbateurs. Ils arrivent laborieusement à un compromis : Gilgamesh vivra, Enkidou mourra, de maladie.

Au lendemain de ce rêve
la maladie d'Enkidou s'aggrave
il reste étendu sur sa couche
un premier jour, un deuxième, et un troisième jour
un quatrième, un cinquième et un sixième jour (...)
il appelle Gilgamesh et lui dit :
"Mon ami, une malédiction me frappe
je ne vais pas mourir
comme celui qui tombe en plein combat
humilié je vais mourir malgré moi
mon ami
celui qui tombe au combat est béni." (p73)

Gilgamesh n'en finit plus de se lamenter et d'appeler le monde entier à se lamenter avec lui :

Que ne cessent les lamentations sur toi
ni la nuit ni le jour !
Que te pleurent les Anciens d'Ourouk aux remparts
que te pleurent les gens d'Ourouk (...) et que l'écho des pleurs
retentisse dans les campagnes
que sur toi se lamentent l'ours et l'hyène
le tigre et le léopard, le chacal et le lion (...)
Que sur toi se lamente le fleuve Oulaï
dont nous avons parcouru les rives.
Que te pleure le pur Euphrate
où nous puisions notre eau... (p74)


Après les rituels funéraires
Gilgamesh s'en va errer
à travers les plaines, les monts et les vallées
pour un long voyage
vers son aïeul Outa-Napishtim
le seul survivant du déluge
qui a pu recevoir des dieux la récompense de l'immortalité. (p77)

Et avec tous ceux qu'il rencontre il ressasse :

Enkidou, mon ami, mon compagnon
celui que j'ai aimé d'amour si fort
celui qui m'a accompagné dans toutes les épreuves
est devenu ce que tous les hommes deviennent.
Je l'ai pleuré la nuit et le jour
je me suis lamenté sur lui
six jours et sept nuits
en me disant qu'il se lèverait
par la force de mes pleurs et de mes lamentations.
Je n'ai pas voulu le livrer au tombeau
je l'ai gardé six jours et sept nuits
jusqu'à ce que les vers lui tombent du nez. (p90)

Le voyage n'est pas simple.

Il marche cinq doubles heures
six, sept et huit doubles heures.
L'obscurité est totale
il n'y a aucune lumière
il ne peut voir ni ce qui est devant lui
ni ce qui est derrière lui. (p82)

Une cabaretière lui donne en passant ce conseil hédoniste :

Lorsque les grands dieux créerent les hommes,
c'est la mort qu'ils leur destinèrent (...)
mais toi Gilgamesh
que sans cesse ton ventre soit repu
sois joyeux nuit et jour
danse et joue
fais chaque jour de ta vie
une fête de joie et de plaisirs
que tes vêtements soient propres et somptueux
lave ta tête et baigne-toi
flatte l'enfant qui te tient par la main
réjouis l'épouse qui est dans tes bras... (p87)

Après de nombreuses autres aventures il arrive donc jusqu'à cet Outa-Napishtim, qui lui aussi lui prêche la résignation :

"Pourquoi cette douleur dans ton coeur
toi qui porte en toi la chair des dieux ?
La mort est cruelle et sans merci.
Qui de nous bâtit des maisons indestructibles ?
Qui de nous scelle des contrats éternels ?
Les frères héritent, partagent.
Quel héritage est perpétuel ?
La haine, même la haine
existera-t-elle dans le pays pour toujours ? (p95)

Et puis il lui raconte le déluge (récit bien plus ancien et bien mieux ficelé que celui de la Genèse, qu'il a clairement inspiré) et, pour finir, il lui offre la plante de l'immortalité. Sauf qu'au cours du long voyage de retour un serpent la lui dérobe. Alors Gilgamesh gémit encore, puis il finit par se dire qu'il mourra comme tout le monde. La conclusion :

Il a fait un long chemin.
De retour, fatigué mais serein,
il grava sur la pierre
le récit de son voyage. (p113)
 

Traduction d'Abed Azrié, Berg International, 2001. Si vous voulez mieux connaitre cet écrivain et chanteur :
//www.abedazrie.com/Biographie.htm



27/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres